Notre mission

Abdoulaye et Sylvain Droit à l'Ecole

L’action de DROIT A L’ECOLE a pour finalité la scolarisation des mineurs exilés et isolés en France. DROIT A L’ECOLE prépare ces jeunes à la scolarité et les accompagne dans toute démarche favorisant leur scolarisation.

L’école forge l’esprit critique et prépare à une citoyenneté pleinement assumée, gage de liberté. Nous savons aussi que l’école — dont les MIE sont privés — ouvre aux jeunes des perspectives d’avenir en termes sociaux et professionnels.  

Accueillir et préparer les mineurs exilés et isolés à la scolarité qui leur est refusée à court terme.

Ces temps quotidiens d’études et d’ouverture culturelle sur la société française que nous leur proposons, répondent à leur incroyable motivation. Cela a en outre le mérite de les préservent des dangers de la rue et de leur ouvrir des perspectives d’avenir.

Accompagner les jeunes dans leurs démarches
Cet accompagnement consiste principalement à les aider à s’inscrire aux tests de niveau et d’évaluation préalables à la scolarité, à assurer le lien avec la communauté éducative pendant leurs études (dans l’éducation nationale ou des structures alternatives).

Porter à connaissance
Porter à la connaissance des institutions et des académies la cause de ces jeunes oubliés du système scolaire.

L’école est un droit.
DROIT A L’ECOLE est une association Loi 1901 créée par des équipes terrain.

Depuis plusieurs années nous avons ainsi accompagné une centaine d’adolescents et délivré des milliers d’heures d’enseignement à des jeunes qui, lorsqu’ils ont intégré le système scolaire in fine, sont souvent devenus la fierté de leur lycée (souvent professionnel) tant leurs résultats sont spectaculaires.

Malgré leurs conditions de vie très précaires — à la rue ou hébergés dans des réseaux d’hébergeurs solidaires — l’assiduité, la motivation et la soif de réussite de ces adolescents sont exemplaires. Avec les coachs, professeurs et soutiens bénévoles nous voulons leur offrir un environnement éducatif à la hauteur de leur implication sans pour autant remplacer l’Education Nationale dans son obligation scolaire.

Notre mission : apporter une réponse à l’absence de scolarisation

Les jeunes mineurs exilés et isolés ne sont pas pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance tant qu’ils n’ont pas pu prouver leur minorité.

Le recours auprès du juge des enfants dure plusieurs mois, voire plusieurs années. Pendant cette période, les jeunes mineurs n’ont ni soutien, ni hébergement, ni accès à la scolarisation.
L’école est un droit mais aussi l’objectif premier des mineurs étrangers et isolés, en France.

  • Les jeunes non pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance doivent avoir accès à l’école puisque leur recours auprès du juge des enfants peut durer des mois, voire des années.
  • Ils doivent bénéficier d’un hébergement et d’un accompagnement éducatif à la hauteur de leur demande insistante « d’aller à l’école et d’étudier »

Le programme est ouvert à tous les mineurs exilés et isolés non pris en charge par l’ASE

Notre but est de préparer l’intégration scolaire de ces jeunes et ainsi d’éviter qu’ils ne décrochent et soient happés par des réseaux délinquants et radicaux.

Nous veillons à :

  • leur redonner confiance en leur avenir en les aidant à construire leurs parcours de formation
  • éviter à ceux qui étaient scolarisés dans leur pays de perdre leurs acquis
  • permettre aux jeunes non francophones ou sans scolarisation antérieure d’acquérir le socle de connaissances nécessaire à leur bonne intégration scolaire.

En priorité

  • Ceux qui vont rester sur Paris ou en région parisienne et qui ont déposé un recours
  • Les plus âgés pour lesquels il y a urgence
  • Ceux pour qui l’interruption de scolarité affecte tout particulièrement le bagage scolaire initial
Retour haut de page