L’école est un droit

C’est aussi l’objectif premier
des mineurs isolés exilés en France

Dictée compil

Satyam, réfugié, est arrivé il y a tout juste un an. 16 ans. Pas un mot de français. Son dialecte bengali et l’anglais.
En six mois il a parfaitement intégré la langue de Molière. Il a suivi nos cours avec assiduité et bonne humeur. Des maths mais surtout du français.

Aujourd'hui, après de longues démarches pour obtenir ce statut de réfugié, il est scolarisé en lycée et suit des cours de dessin, il a obtenu 2 fois les félicitations.
Beau coup de crayon !

Oussman 333*480

Il avait 16 ans quand il a quitté son Mali natal. Il a vécu l’enfer des camps de travaux forcés libyens.
A Paris, Oumar est à la rue mais suit tous nos cours avec assiduité. Enfin, l’ASE le reconnait mineur, l’héberge puis le met dehors le jour de ses 18 ans. Trop vieux pour espérer le scolariser au lycée. Il faut lui trouver un CFA. Après plusieurs refus, une PME du BTP accepte de le prendre en alternance.
Maintenant il lui faut un titre de séjour pour obtenir de la Préfecture une autorisation de travail. Avec passage obligé par la DIRECCT. Encore 8 mois de galère !

Alpha 415

Alpha, comme bien d'autres, avait une énorme soif d’apprendre. A la rue, il a suivi toute une année nos cours en français et en math.
Il a vraiment galéré pour obtenir son OPP (reconnaissance de minorité) : expertise de ses papiers, tests osseux, 3 rdv devant le juge des enfants.
16 mois de démarches !
Il ne pouvait pas passer les tests pour aller à l’école à Paris avant cette reconnaissance officielle.
Un an après, le voilà élève en terminale ‘systèmes numériques’, avec un stage dans une grosse boite d’informatique.

Qui sommes nous ?

Notre mission

L’action de DROIT A L’ECOLE a pour finalité la scolarisation des mineurs exilés et isolés en France.

  • Accueillir et préparer les MIE à la scolarité qui leur est refusée à court terme.
  • Accompagner les jeunes dans leurs démarches
  • Porter à la connaissance des institutions la cause de ces jeunes, oubliés du système scolaire.

L’école, dont ils sont privés, ouvre aux jeunes des perspectives d’avenir en termes sociaux et professionnels, forge leur esprit critique et les prépare à une citoyenneté pleinement assumée.

Les MIE en France

Un MIE (mineur isolé étranger) est un jeune de moins de 18 ans qui ne réside plus dans son pays d’origine et qui, sur le sol français, est séparé de ses représentants légaux (ses parents…).

L’accueil et la prise en charge des MIE sur le territoire français sont obligatoires conformément au droit français et européen.

La reconnaissance de minorité est essentielle pour le jeune MIE mais c’est une galère pour l’obtenir ! La prise en charge par l’ASE est lourde de carences. Une fois reconnus mineurs les soucis ne sont pas finis pour les MIE !

Notre équipe

DROIT A L’ECOLE c’est une trentaine de bénévoles aux profils variés, toujours sur le pont ! pour assurer les cours, le suivi pédagogique, l’accompagnement formel à la scolarisation et le reste.

  • Notre Président : Stephan Laplanche, artiste peintre, membre fondateur
  • Notre Secrétaire général et porteur de projet : Sylvain Perrier, consultant diplômé d’HEC.
  • Notre Trésorière : Brigitte Valez, ingénieur BTP

LIRE LA SUITE

Nos partenaires

Nous travaillons au sein d’un réseau d’associations qui œuvrent auprès des Mineurs Isolés Exilés.
Des associations qui assurent le suivi de la scolarité, l’hébergement solidaire, le juridique, la santé etc.

Nous avons la chance d’être soutenus dans nos projets par différents partenaires tant publics (Ville de Paris) que privés (Ipsos).

 

Vous aussi, vous pouvez être des nôtres

Nos actions

Cours et scolarité

Redonner confiance et éviter à ceux qui étaient scolarisés dans leur pays de perdre leurs acquis,

Permettre aux jeunes non francophones ou sans scolarisation antérieure d’acquérir le socle de connaissances nécessaire à leur bonne intégration scolaire,

DROIT A L’ECOLE propose quatre jours par semaine, tout au long de l’année, des cours personnalisés en effectifs réduits en français et en mathématiques, animés par des professeurs bénévoles et des coachs. Nous ouvrons cette année un cours d’initiation en sciences (SVT).

DROIT A L’ECOLE organise régulièrement des sorties et des ateliers culturels.

Accompagnement

La finalité de nos actions : la scolarisation des MIE

Nous les accompagnons dans leurs démarches en vue d’une scolarité normale et nous leur offrons un soutien moral et matériel pendant leurs études.

  • Monter un dossier d’inscription
  • Accompagner à un rendez-vous
  • S’inquiéter de la santé physique et mentale des jeunes
  • Assurer le suivi scolaire
  • Intervenir auprès de l’assistante sociale
  • Trouver une affectation et faire gentiment pression pour qu’elle soit effective
  • et bien d’autres choses encore…

Plaidoyer

En l’absence de scolarisation de bon nombre de MIE, nous dénonçons :

⇒ le non respect de l’application de la loi sur la protection des mineurs en danger que sont les MIE,

⇒ les dysfonctionnements dans la reconnaissance de minorité des MIE,

⇒ le déficit de suivi de scolarité des MIE par l’ASE.

L’objectif poursuivi est de rompre le silence et de faire connaître la précarité de la situation des MIE auprès des élus et de responsables de la société civile. LIRE LA SUITE…

Vous pouvez changer
le cours de leur vie

Ecole des sans ecole

Nous rejoindre

* Vous pouvez adhérer et recevoir des informations sur nos actions, événements ou projets
* Vous pouvez adhérer et agir en devenant bénévole
* Vous pouvez adhérer et nous soutenir financièrement en faisant un don en espèce ou en nature
* Et si vous avez moins de 25 ans, vous pouvez devenir service civique pour DROIT A L’ECOLE.

Devenir bénévole

​Les bénévoles de DROIT À L’ÉCOLE sont des médiateurs entre les jeunes mineurs isolés et la société, et plus particulièrement dans le champ de la scolarité.

Ils agissent

  • en aidant les jeunes à progresser en français et en mathématiques et les préparent aux tests de scolarisation des CIO.
  • en assurant le suivi des dossiers individuels auprès des opérateurs sociaux et des pouvoirs publics.
  • en contribuant à l’organisation et à l’animation de sorties culturelles.

Ils peuvent aussi assurer le suivi scolaire une fois les jeunes scolarisés.

La Charte du bénévole : à consulter ici

Pour nous rejoindre, prenez contact :

Adhérer

Que des jeunes soient ainsi privés d’aller à l’école vous révolte, vous êtes indigné par la précarité dans laquelle les MIE sont laissés ? Adhérez…

Les MIE ne sont pas pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance tant qu’ils n’ont pas pu prouver leur minorité.

Ils doivent donc souvent faire un recours auprès du juge des enfants. Ce recours dure plusieurs mois, voire plusieurs années. Pendant cette période, ils n’ont pas d’hébergement, ils ne sont pas scolarisés malgré leur demande répétée  “d’aller à l’école”.

L’école est un droit pour ceux qui veulent apprendre, même après 16 ans !

Adhérer à DROIT A L’ECOLE vous permet aussi de recevoir nos informations !

Je partage ces valeurs et je soutiens l’action de DROIT A L’ECOLE. 

Faire un don

Le budget de l’association repose sur une cotisation annuelle des adhérents et sur les dons de particuliers et d’entreprises. Les dons sont généralement des espèces mais aussi parfois en nature avec notamment des ordinateurs pour les jeunes.

Ces jeunes qui ont le droit d’aller à l’école et d’étudier ont une surprenante soif d’apprendre et une motivation exceptionnelle. Votre soutien est crucial pour les sortir de la relégation scolaire qui leur est imposée. En combinant nos efforts et nos solidarités pour faciliter leur intégration, nous contribuons aussi à renforcer la cohésion sociale.

Devenir Service civique pour Droit à l’Ecole

Tu as entre 16 et 25 ans ? Tu as envie de te rendre utile ?
Tu crois aux valeurs de solidarité, d’éducation pour tous et de citoyenneté ?
Tu peux effectuer une mission d’intérêt général en contribuant à l’action de DROIT A L’ECOLE.

Le service civique, c’est un tremplin professionnel et un travail en équipe. 

Actualités

DROIT A L’ECOLE, dans quel contexte ?

Le mot du Président. De très jeunes migrants arrivent à Paris. Ils ont quitté leur pays dans des conditions extrêmement difficiles, certains n’ont plus de famille. Ils ont traversé des zones de guerre et de non droit et ont risqué leur vie pour rejoindre la France.

Lire la suite »

Un local pour l’école des sans écoles

​Depuis plusieurs années nous donnons tous les jours des cours à des Mineurs Isolés Etrangers, non pris en charge par l’ASE. Le but : préparer ces jeunes qui ont entre 15 et 18 ans, à aller à l’école quand l’Etat les y autorisera. A l’aide de

Lire la suite »

La scolarisation des MIE en région parisienne

Le chemin qui mène à la scolarisation en collège ou en lycée professionnel ou en formation en alternance est semé d’embuches. Le jeune devra passer des tests de niveau et “régulariser sa situation”. Cette régularisation n’est pas simple, en particulier s’il est à la rue. Pourtant

Lire la suite »

L’école est un droit.
Accompagner les MIE sur le chemin de l’école est un travail d’équipe.

Scroll to Top